top of page

Elixir de passion (part I)

When I started this blog, one of my goals was to invite readers in my universe. Well today, I have a special treat for my french speaking readers( I apologize to my English speakers in advance 😆, I promise I will make it up to you soon). Today's blog post is a novel I wrote years ago, I have only shared with my closed ones so far, so I am a little nervous about broadcasting it to a larger audience 😅. Anyway, enjoy I hope you enjoy!



Les mains crispées sur ses genoux, le regard hagard, Marianne essayait de contrôler la montée d’adrénaline qui l’avait saisi quelques minutes plus tôt. Elle jeta un coup d’œil a l’horloge sur le mur en face d’elle : 14h15. La séance devait commencer dans 15min. Elle était arrivée plus tôt afin de s’imprégner de l’atmosphère de la pièce; C’était la première fois qu’elle parlerait ouvertement de son expérience, et elle était stressée à l’idée de parler de son histoire avec d’autres personnes, mais avoir entendu les histoires de quelques personnes lui avait donne le courage de partager la sienne. Quelques minutes plus tard, le reste des personnes arriva et la séance commença. Joan, connue comme la psychothérapeute, souhaita aux nouvelles arrivantes et les félicita de leur courage et désir de partager leurs histoires respectives avec des personnes qu’elles connaissaient pas ou peu. Elle rappela l’objectif de ces séances de thérapie de groupe en soulignant qu’il était important de parler afin de se rendre compte qu’on était pas la seule personne a avoir vécu une certaine situation, et en étant confronté à la réalité des autres permettrait aussi de se dés identifier de la victime en soi. S’ensuivit un moment où elle demanda qui veut bien qui voulait bien commencer à parler. Marianne hésita un moment puis leva la main. La parole lui fut donnée et elle commença:

« Bonsoir tout le monde, je m’appelle Marianne et ce serait la première fois que je parle de ce qui m’est arrive dans un cadre disons. moins restreint. Mais je veux bien essayer... dit elle avec un sourire.Je tiens à m’excuser déjà parce que je serais probablement longue. Mon souhait est de relater mon histoire aussi minutieusement que possible .J’ai rencontre Franck lors de mon cursus scolaire dans une université a Rouen -France, il étudiait droit et moi Marketing. On se voyait de temps en temps à l’école mais notre première conversation avait eu lieu lors d’une soirée organisée à l’occasion de l’anniversaire d’une de mes amies les plus proches. On avait bien discute ce soir la, et il m’avait propose qu’on se revoie. En ce moment la, les études étaient ma priorité et une relation amoureuse n’était pas la bienvenue, donc je l’avais gentiment et calmement repousse.Mais il n’avait pas lâche prise, et m’invitait toujours a diner, passant parfois par mes amis. Apres plusieurs vaines tentatives j’avais fini par céder. On avait commence a se fréquenter et au fil du temps je découvris une personne attentionnée, intelligente et de surcroit gentleman. Il avait souvent des accès de colères incontrôlées, mais l’homme parfait n’existe guère n'est ce pas? J’étais tombée sous son charme, et j’avais accepte d’entretenir une relation amoureuse avec lui sans pour autant négliger mes études bien évidemment. Apres un an de relation, il voulait déjà qu’on se marie, je lui avais signifie que mes parents n’accepteraient jamais que cela se fasse sans que je ne finisse mes études et il fallait d’abord qu’il ait un job pour pouvoir s’occuper d’une famille. Il été un peu blessée que je refuse de m’engager avec lui aussi soudainement mais avait accepte d’être patient. Apres mon master donc, il renouvela sa demande, vu qu’il venait d'obtenir un CDI dans un cabinet d’avocats. Je n’avais plus aucune excuse valable pour repousser l’échéance, aussi acceptai je. C’est ainsi que j’en avais parle a mes parents qui insistaient pour le rencontrer néanmoins de façon officielle avant que quoique ce soit n’ait lieu. Franck m’avait dit qu’on irait voir ma famille au Cameroun mais voulait absolument qu’on se marie en France avant d’aller faire le reste au Cameroun. J’avais mis la pression à mes parents, qui l’avaient déjà d’ailleurs rencontre pendant l’un de nos voyages au Cameroun, et ils avaient fini par accepter. C’est avec beaucoup de contrainte que mes parents avaient assiste à ce mariage le 26 juillet 2013 mais ils respectaient mes choix et je leur en etait reconnaissante. Je n’oublierais jamais cette date car c’est a partir de la que le calvaire commença ....... to be continued.... 😊


So... tell me in the comments, what do you think so far? Are y'all ready for part 2?


Until Next time,


Winnie



113 views0 comments

Recent Posts

See All
Post: Blog2_Post
bottom of page